Association Peynier Autrement

Un très grand mépris du maire pour la vie d’une personne humaine, et pour l’opposition

1

Louis Nozzi,
Magali Gueirard,
Hubert Greffe
Marie Isabelle Fernandez
Roger Rossi
Conseillers municipaux
Hôtel de Ville
13790 Peynier

Communiqué

Situation de F. Fernandez
Un très grand mépris du maire pour la vie d’une personne humaine, et pour l’opposition.

Dans la nuit de jeudi à vendredi Franck Fernandez a été hospitalisé pour la 2° fois à son 25° jour de grève de la faim.

Ce vendredi matin vers 11h, deux de nos élus ont demandé à être reçus par le maire, en urgence ; par le biais de son secrétariat, celui-ci a refusé.

Nous avons alors demandé à être reçus par le 2° adjoint, A Maunier, qui nous a reçus dans la cage d’escalier de la mairie, bientôt rejoint par la DGS.

Ces derniers nous ont réitéré la position de la commune, déjà transmise à Franck Fernandez dans un courrier du 3 septembre. S’enfermant dans une posture juridico-administrative, ils ont refusé de faire un geste susceptible de débloquer la situation et de permettre à Franck Fernandez de cesser sa grève, n’exprimant aucune compassion, bien au contraire.

A la sortie de la mairie, nous avons transmis cette position inflexible aux proches de Franck, leur demandant d’être attentifs avant tout à sa santé dans la poursuite de leur action.

Peu après, nous avons aperçu le maire que nous avons interpellé : il a bafouillé qu’il était débordé, qu’il n’avait pas eu le temps de répondre à nos courriers, ni de nous recevoir, et nous a renvoyés à son secrétariat … puis il s’est défilé…

Un des trois élus présents à ce moment l’a alors interpellé en lui disant « Vous fuyez M le maire ! ». Il a laissé tomber un élégant « Je vous emmerde », en franchissant la porte du bar du Cours, laissant Franck Fernandez à son sort, et les quelques personnes présentes interloquées par un tel comportement.

 

Peynier, le 5 septembre 2014

Partager

Un commentaire

Poster un commentaire

Top