Association Peynier Autrement

Quel PADD !

0

Comme vous le savez, la municipalité a récemment présenté le PADD (Plan d’Aménagement et Développement Durable), qui constitue une étape du processus d’élaboration du nouveau PLU de la commune lors d’une réunion publique le 19 avril, à laquelle assistaient une soixantaine de personnes, et lors d’une séance en conseil municipal, le 9 mai, avec un débat sans vote, obligatoire dans la procédure.
Nous avons, en tant qu’élus, découvert comme tout le monde ce document puisque nous n’avons jamais été associé à son élaboration ni aux réflexions qu’il devrait susciter dans la population et au sein du conseil.

La présentation a été faite par le cabinet prestataire qui s’est appuyé sur un document que nous avons mis à disposition sur notre blog (mais toujours introuvable sur le site de la commune !).
Cliquez ici pour voir le PADD (pdf)

Vous avez dit un débat ?

Le débat, malheureusement, a rapidement tourné court, tant notre édile et ses deux adjoints (les seuls à s’exprimer) sont sourds à toute observation, question ou suggestion de notre part, immédiatement perçue comme agression !
De ce fait tout débat sérieux sur le fond est quasi impossible, l’échange tournant rapidement à l’invective.
Disons que les conditions d’un dialogue « normal » ne sont toujours pas réunies à Peynier.

Plusieurs critiques générales peuvent pourtant être formulées sur ce PADD, tant sur l’absence de concertation dans l’élaboration du document, que sur ses formulations très générales et souvent creuses et en décalage avec ce que nous vivons à Peynier, des objectifs ou priorités si nombreux qu’ils en deviennent contradictoires ou vides de sens, l’habillage très « green washing » du discours, etc…
De nombreuses autres questions auraient méritées d’être abordées, et vous pourrez trouver plus loin des extraits des réactions de dizaines de peyniérens à la lecture de ce PADD.

Quelques points ont fait l’objet de brefs échanges houleux lors du conseil municipal du 9 mai :
– Quelles modalités pratiques pour traduire concrètement les orientations du PADD, qui sinon pourraient apparaître comme des vœux pieux ?
La réponse du cabinet conseil : « c’est l’étape suivante au travers de la définition du zonage et des nouvelles règles d’urbanisation des différentes zones… »

– La contradiction entre revitalisation du village et développement d’un nouveau pôle urbanisé entre La Treille et La Corneirelle.
– La sélectivité de la prévention du risque incendie (le secteur Boudian est systématiquement oublié…)
– La mobilité en mode doux : contradiction entre l’affichage dans le document et la perception de la situation par le maire, en matière de circulation entre les hameaux et le village. (« tout va bien »)
– La limitation de la population à 3500 / 3600 habitants en 2025/2030 paraît malthusienne et peu crédible…

Quelle est désormais la suite des opérations ?

Le planning et les étapes à venir seraient les suivants, le maire voulant absolument approuver son PLU avant le 27 mars 2017, date butoir après laquelle, à défaut de PLU, ce serait un règlement national d’urbanisme qui s’appliquerait.

1. Elaboration du PLU : mai – juin 2016
2. Présentation du PLU : réunion publique et vote en conseil municipal (obligatoires) : courant juillet 2016 ?
3. Avis des personnes publiques associées :  délai de trois mois (octobre 2016 ?)
4. Enquête publique et rapport du commissaire enquêteur : 2 mois minimum (décembre 2016 ?)
5. Intégration des observations et réserves de l’enquête publique
5. … Et approbation du PLU par le conseil municipal (avant le 27 mars 2017)

Comme vous pouvez le voir, cela laisse peu de place à la concertation en amont puisque les règles opérationnelles d’urbanisation sont en cours de définition, si ça n’est déjà fait (!).
Une fois de plus, les peyniérens découvriront donc un projet tout ficelé. Certaines règles historiques sont profondément modifiées : disparition du COS et des surfaces minimales, règles qui seront remplacées par de nouvelles dont nous ignorons tout.
Ces nouvelles règles génèreront peut-être des surprises : vigilance donc !

Mais sur le fond, la volonté exprimée du maire est que les droits acquis des propriétaires doivent être préservés et que « Peynier doive rester Peynier »… ! (par Peynier, comprenez le village…), le prochain PLU devrait donc ressembler aux précédents !

Mais que pensent les peyniérens de ce PADD ?

De très nombreuses réactions nous ont été adressées suite à la mise en ligne du PADD sur notre site. Vous pouvez bien sûr enrichir ces remarques en nous les transmettant via le site.

Sur la forme

« On sent la participation d’un cabinet spécialisé en communication. On trouve donc des expressions toutes faites, ampoulées, des phrases bateaux qui peuvent laisser penser que le rédacteur s’en est tenu à des banalités et s’est peu intéressé à Peynier pour certaines parties du document.
Pour exemple : « Un écrin paysager à mettre en valeur, une diffusion de la nature en ville à garantir »
Rien que des mots… »

« Ce texte est écrit avec une ligne éditoriale très COP21-développement durable . Mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est juste du green washing. L’emballage est joli mais j’ai bien peur que l’application de ces belles idées soit tout autre ! »

« A part la partie concernant La Treille, ce document est vide de sens et ne contient que des généralités floues sans orientations claires et projets précis à moyen terme. »

Sur le fond

« On comprend, loin dans le document, que Peynier veut contrôler l’augmentation de la population.
Rejeter toute idée de croissance, bien sûr maîtriser sans aller trop loin, cantonne Peynier au rang de petite commune sans rayonnement, sans ambition, sans influence, qui vivote, stagne, vieillit, donc régresse. »

« Le PADD entérine quelque part dans le document le fait que la population est vieillissante. C’est donc un PADD qui ne respire pas le dynamisme, qui est sans ambition pour un village qui dort et s’éteint, qui n’attirera pas les jeunes et qui restera tel qu’il est. »

« Privilégier la venue de jeunes sans oublier les plus anciens serait  un objectif à afficher clairement. »

« Construire au centre du village, “près des commerces” mais à chaque chapitre: …tout est à faire sur la Corneirelle… ! »

« Et le développement sur les collines au Sud Ouest (Bouteille…) : reconquérir le massif en tant que lieu d’activités économiques (agriculture, sylvopastoralisme, tourisme…) : est-ce une ouverture à l’urbanisation déguisée ? »

« En quoi la « reconquête agricole » du Regagnas (Bouteille en fait) est-elle bénéfique à l’ensemble des Peyniérens ??
En fait, n’est-ce pas plutôt une imposture ?!  En effet, c’est une zone totalement impropre à l’agriculture (déprise agricole depuis la fin du XIXème siècle).
Ne s’agit il  pas plutôt de :
– compenser la perte des bonnes terres agricoles basculées en constructibles
– valoriser les patrimoines de quelques  particuliers – zone naturelle et EBC => zone A ? »

« Risque incendie : “le risque d’incendies de forêt, lié à la présence de boisements sur le massif du Régagnas,” mais il n’y a pas que là : oublie-t-on déjà que le plus gros incendie de forêt sur la commune l’a été au Sud des Michels, dans les années 70 ? »

« De quelles façons le PADD prévoit-il concrètement l’adaptation au changement climatique (cf page 7) : sècheresse et canicule, pluies intenses et fréquentes… »

« Orientation 1 : Peynier un village attractif, au développement équilibré »
« Objectif 2 :  offrir un véritable parcours …  – logements pour retraités et jeunes actifs … »
« En quoi cela va t il contribuer à la revitalisation du village ? Non le village n’est pas attractif pour le reste de la  population de la commune. »

« Objectif 4 : améliorer les modes de transports alternatifs »
« Modes doux : il faut des pistes cyclables en site propre reliant les hameaux
Nouvel axe de transport en commun en lien avec le PDU de la CPA ? de quoi parle-t-on concrètement ? »

Sur le projet La Corneirelle / La Treille

« Il y a 2 pôles à Peynier, le village et Les Michels. Pourquoi vouloir en créer un 3eme (entre La Treille et La Corneirelle), totalement déconnecté des 2 autres et non justifié par l’augmentation prévue de la population ? Une extension du village serait plus judicieuse. »

« Pourquoi créer des activités au sud de la D6 (à La Corneirelle) alors que de l’autre côté de la route se trouve un centre commercial (Le Forum), et à côté un centre d’activité (Lidl, 3 banques, La Poste, journaux, etc..). Cela va créer des problèmes de circulation, sécurité piétons, etc… »

« La société PMB est une Installation classée (substances dangereuses, source radioactive…). Implanter à côté une crèche ou des habitations est un non-sens. »

« Pourquoi créer un nouvelle zone d’activités à La Corneirelle ? Alors que des friches existent sur les zones voisines au nord de la D6 ? »

« Peynier n’a pas de centre et les implantations utiles sont dispersées. Il faut profiter d’un plan d’urbanisme à moyen terme pour créer un centre et rationaliser et rendre agréables les déplacements piétonniers. »

« La construction d’habitations au niveau Treille/Corneirelle pour des « jeunes qui s’installent » (donc avec enfants scolarisés) et des personnes âgées loin du centre du village donc des écoles et commerces est antinomique. Cela fait penser à « construisons les logements sociaux loin du village pour éviter d’éventuelles nuisances ». »

« Les retraités seront isolés ; une route dangeureuse à traverser pour accéder aux commerces… »

« Plutôt rester dans la continuité du village pour créer de nouvelles activités comme la maison de retraite, des logements sociaux afin de permettre aux résidents et aux jeunes ménages de bénéficier des services de proximité et donner une nouvelle impulsion au cœur du village. »

« Quid des nuisances pour les voisins, l’accessibilité à ce nouveau quartier ? par quelles routes ? Par l’élargissement du chemin de la Corneirelle ? Techniquement comment faire ? couper tous les arbres et élargir le chemin en se rapprochant dangereusement du Verdalaï ? »

Autant de questions qui auraient dû être entendues, débattues et prises en compte durant la réalisation de ce PADD.
Les peyniérens vont-ils enfin être écoutés lors de la prochaine réunion publique et du prochain conseil municipal ? A défaut de quoi le prochain PLU s’annoncerait, une fois de plus, comme un long chemin de croix pour nos édiles…

Partager

Poster un commentaire

Top