Association Peynier Autrement

Assainissement et démagogie

0

Le SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) avait organisé une permanence d’informations à Peynier le 9 mai dernier pour les habitants non raccordés à l’assainissement collectif, en préalable aux visites de diagnostic que ce dernier va prochainement réaliser sur les installations des propriétaires concernés (assainissement individuel par fosse septique ou micro station).

Un mystérieux collectif anonyme…

La Provence (du 13 mai) rapporte que le maire en a profité pour faire une « sortie démagogique » comme il aime bien en faire sur le fait que ces visites ne devraient pas être facturées par les services de la CPA/ Métropole mais prises en charge par les impôts locaux (c’est à dire payées par tout le monde );  que les contrôles effectués par les sociétés privées sont beaucoup moins onéreux ; et affirme son soutien à un « collectif anonyme » Fosse Septique, opportunément apparu.

La Provence - 13 mai 2017

La Provence – 13 mai 2017

Qu’en est –il sur le fond ?

Faire payer à tout le monde les visites des installations individuelles reviendrait à pénaliser les propriétaires raccordés à l’assainissement collectif puisque ces derniers payent déjà une taxe d’assainissement (incluse dans leur facture d’eau) qui est fonction de leur consommation en eau : près de 1,50 euro par m3, soit une fourchette de 100 à 500 euros par an selon la taille de la famille et l’importance de la consommation (usage domestique, arrosage, piscine, …).

Le propriétaire d’un assainissement individuel, lui, aura à charge la vidange et l’entretien de sa fosse (230 euros tous les 3 ou 4 ans selon la nature des sols et les recommandations du SPANC) ainsi que cette fameuse visite de contrôle, 110 euros tous les 10 ans : soit de l’ordre de 90 euros par an…
Il n’y a donc rien de scandaleux à ce que les résidents bénéficiant des service du SPANC paient cette visite dont le coût est finalement marginal.

Quant à l’affirmation selon laquelle « les contrôles effectués par des sociétés privées sont beaucoup moins onéreux », elle est sans fondement.

Rappelons par ailleurs que c’est le maire qui a la charge de définir les schémas d’assainissement et de les réactualiser, à l’occasion d’enquêtes publiques (EP), en cohérence avec le PLU (Plan Local d’Urbanisme, encore lui !) qui définit les zones urbanisables, les nouvelles zones devant en principe être raccordées à l’assainissement collectif. ; la dernière EP remonte à juin 2012 et n’avait reçu pratiquement aucune remarque (hormis une remarque des Michelins) ni demande particulière de peyniérens.

L’affirmation selon laquelle « nous n’avons pas accès au tout à l’égout malgré nos nombreuses réclamations » du soit disant collectif est pour le moins fantaisiste et ne peut concerner que quelques cas très particuliers puisque c’est le zonage qui définit la nature de l’assainissement.

Et sur la forme ?

L’article indique également que le maire souhaite donner son appui au « collectif anonyme »  Fosse Septique !!! mais un collectif anonyme, cela n’existe pas ! Un collectif est toujours constitué de personnes et/ou d’associations connues ou dont l’objectif est de se faire connaître pour gagner de nouveaux membres et mener une action collective !

Collectif anonyme, tract anonyme, … cela ne sent pas très bon !

Au mieux un collectif anonyme ne représente personne ; au pire, il est l’instrument suspect de celui qui se réfère à lui et l’utilise à ses propres fins.

Partager

Poster un commentaire

Top