Association Peynier Autrement

AOC Château Terre de Gravats ?

1

Après le reportage de France 2 en avril, le Canard Enchaîné s’est fait l’écho à son tour le 11 mai dernier de pratiques douteuses dans le monde des viticulteurs du Var ! (Cliquez ici pour lire l’article)

Cet article ne sera pas sans vous rappeler le chantier permanent du côté de Belhomme, sur notre commune le long de la D6, où les remblais s’accumulent depuis 9 ans, au rythme des chantiers BTP du secteur à 50 kms à la ronde !

belhomme (2) belhomme (5)
Vue satellite (image Google) et vue d’avion de l’étendue du chantier…
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Le propriétaire avait été condamné en décembre 2008 pour infraction au POS, défrichement sans autorisation et réalisation irrégulière d’exhaussements du sol sur 4 ha de terrains classés alors en zone naturelle et espaces boisés classés.

belhomme (4)

Mais depuis, le PLU est passé par là (merci Mr le Maire !), les terrains ont été classés en zone agricole, et les apports ont continué (merci Vinci !) et ce sont plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de tonnes de terre, roches et gravats (entre autres depuis le chantier du Pharo !) qui se sont accumulées, à raison de 2 ou 3 euros la tonne encaissés par le propriétaire, le tout sur un périmètre AOC…

belhomme (6) belhomme (7) belhomme (3) belhomme (9) belhomme (10) belhomme(11)

Nul doute qu’il sortira un grand cru des vignes qui ont commencé à recouvrir ces dépôts.
Voilà sans doute une bonne façon de mettre en valeur l’appellation AOC Côtes de Provence Sainte Victoire !

A votre santé !

Partager

Un commentaire

  1. Jean-luc Gach on

    Bonjour,

    Votre titre est erroné : Le cahier des charges pour pouvoir prétendre à un produit d’Appellation d’origine contrôlée (AOC) stipule notamment ceci: «Afin de préserver les caractéristiques des sols qui constituent un élément fondamental du terroir, l’apport de terre exogène (…) est interdit. On entend par terre exogène une terre qui ne provient pas de l’aire parcellaire délimitée de l’appellation d’origine contrôlée».

    Lesdites parcelles, si elles produisent un jour le moindre jus de raisin, ne pourront donc en principe pas recevoir l’appellation d’AOC… le périmètre concerné devrait donc être sorti de l’AOC sainte victoire par l’INAO.

    Ensemble préservons Peynier !

Poster un commentaire

Top